Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Chargé(e) de mission agriculture et alimentaire dans le département de Rufisque

Poste basé à Dakar.

Contexte

Acteur depuis bientôt 50 ans en Afrique de l’Ouest (Mali, Mauritanie, Sénégal, Guinée-Bissau) et en France, le Grdr (www.grdr.org) intervient dans des territoires frontaliers connaissant de fortes mutations démo-économiques.

Le Grdr a initialement travaillé en appui aux initiatives des migrants et au renforcement des dynamiques des associations locales de développement. D’abord en milieu rural autour de thématiques sectorielles prioritaires (éducation, santé, hydraulique, sécurité alimentaire, …) puis de plus en plus en milieu urbain (assainissement, cohésion sociale, habitat…). Dans le cadre des politiques de décentralisation en Afrique de l’Ouest, le Grdr a ensuite accompagné l’exercice de la gouvernance par les acteurs locaux pour favoriser un aménagement du territoire concerté à partir de la valorisation des ressources locales.

Sur le « double-espace » de la migration (territoires d’accueil et d’origine), le Grdr valorise les mobilités comme étant une ressource durable pour des « territoires solidaires », à travers le triptyque « Migration-Citoyenneté-Développement ».

Le Grdr est aujourd’hui structuré en 4 pôles géographiques : le Pôle Sahel, le Pôle Littoral, le Pôle France-Europe et le Pôle Maghreb-Méditerranée.

Interventions du Grdr dans le département de Rufisque

De 2016 à 2018, le projet SADMAD a permis de faire un diagnostic du système alimentaire du département de Rufisque qui a mis en avant les atouts et les potentialités du département mais aussi les menaces qui pèsent sur le développement de ses activités essentielles. Le département connait en effet des mutations importantes liées à l’urbanisation croissante et à la mise en place de grands projets de l’Etat dans le cadre du Plan Sénégal Emergent. On assiste donc à la disparition progressive des espaces agricoles qui représentent pourtant une part importante de l’économie locale, contribuent à la sécurité alimentaire et à la préservation de l’environnement. Outre l’urbanisation croissante et les projets de l’Etat, cette disparition des espaces agricoles est liée au fait que la majorité des exploitants n’ont pas un accès sécurisé à la terre et que les collectivités locales sont plus portées sur la construction que sur la préservation des espaces agricoles.
Dans ce contexte, le Conseil Départemental de Rufisque (CDR), collectivité locale née de la dernière réforme de la décentralisation (2013), a décidé de jouer un rôle central pour préserver les espaces agricoles du département et promouvoir un développement économique axé en partie sur ses ressources agricoles. C’est ainsi qu’il s’est engagé en 2016, avec l’appui du Grdr, dans l’élaboration d’un Plan alimentaire territorial (PAT) durable visant à préserver les espaces agricoles, stimuler la transformation agro-alimentaire et améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des habitants du territoire.

Ce plan alimentaire, validé par une grande diversité d’acteurs en Novembre 2018 est construit autour de trois axes :
-  Sécuriser les exploitations agricoles familiales et promouvoir une agriculture durable ;
-  Accompagner la structuration du secteur de la transformation agro-alimentaire ;
-  Assurer à la population l’accès à une alimentation de qualité.
Il présente à la fois des initiatives existantes à valoriser et des actions à mettre en œuvre pour répondre aux préoccupations des acteurs. Afin de poursuivre les actions menées de SADMAD, le projet d’appui à la mise en œuvre du plan alimentaire du département de Rufisque (AMOPAR ) ( 2019-2022) entend mettre en place une gouvernance concertée du système alimentaire au sein du département de Rufisque.
Le Grdr est également partie prenante du programme « Transition Agro-écologique Paysanne pour la Souveraineté Alimentaire » ou TAPSA porté par le CCFD-TS pour la période 2018-2022 sur cofinancement du CCFD-TS et de l’AFD (11 millions d’euros, 11 partenaires). Au sein de ce vaste programme, le Grdr est porteur d’un dossier impliquant plusieurs cellules du Pôle Sahel (Kayes, Bakel et le Guidimakha) ainsi que la cellule de Dakar (Rufisque).

Présentation du projet TAPSA-Grdr.

Le TAPSA-Grdr (2018-2022, budget de 880 000 euros), vise à prolonger et/ou démultiplier les démarches engagées par le Grdr depuis plusieurs années en faveur d’un soutien à l’autonomie des systèmes productifs, à la relocalisation de l’alimentation et au renforcement des capacités de plaidoyer des acteurs ancrés dans les territoires cibles, notamment les OP et les collectivités locales.

En résumé, il s’agit d’accompagner le développement d’une forme d’agriculture durable, résiliente, productive, qui fournisse plus d’aliments tout en maintenant les équilibres écologiques et en préservant la santé publique.
Les objectifs et résultats attendus du projet sont présentés ci-dessous :
Objectif global : réduire les vulnérabilités alimentaires au Sahel à travers la promotion de l’agro-écologie paysanne.
Objectif spécifique : contribuer à la reterritorialisation (relocalisation) des systèmes alimentaires dans les régions de Kayes (Mali), Guidimaka (Mauritanie), du Sénégal oriental et du département de Rufisque (Sénégal).
Résultat 1 : les acteurs de la société civile (OP, ONG…) et les élus locaux appréhendent le fonctionnement du système alimentaire de leur territoire, en identifient les forces et faiblesses.
Résultat 2 : les vulnérabilités des systèmes alimentaires sont réduites à travers des initiatives visant la relocalisation de l’alimentation.
Résultat 3 : les références issues de l’action sont capitalisées et partagées.

Missions du/de la chargé(e) de mission.

Le/la chargé(e) de mission sera administrativement lié à la coordination de la cellule de Dakar. Fonctionnellement, il sera lié au coordinateur du projet TAPSA Grdr. Le/la chargé(e) de mission aura pour objectifs de :

-  D’animer une réflexion multi- acteurs sur les questions de transition agro- écologique dans le département de Rufisque,
-  D’appuyer la co- construction de stratégie visant à la reterritorialisation (relocalisation) des systèmes alimentaires,

Afin d’y parvenir le/ la Chargé (e) de mission aura les responsabilités suivantes :

• Prendre part à la planification et à la budgétisation des activités du projet dans la zone de Rufisque ;
• Affiner le diagnostic et identifier les organisations partenaires pour conduire la recherche action ;
• Identifier les actions prioritaires à mettre en œuvre ;
• Identifier les producteurs intéressés pour mettre en œuvre les expérimentations
• Assurer le suivi des activités (formations, expérimentations, sensibilisation, information, etc.) ;
• Assurer un suivi budgétaire de pour ce qui concerne la zone de travail ;
• Contribuer au suivi-évaluation et la capitalisation des activités du projet ;
• Contribuer à la communication autour du projet et de ces résultats ;
• Assurer le reporting technique ;
• Assurer l’accompagnement des organisations partenaires locales (OP, collectivités territoriales, services techniques déconcentrés de l’État, etc.), tout en faisant des points réguliers à la coordination du projet ;
• L’appui à l’organisation de rencontres thématiques avec les membres du cadre de concertation du plan alimentaire territorial du département de Rufisque
• Apporter un soutien au cadre de concertation du plan alimentaire territorial du département de Rufisque sur la thématique de l’agro-écologie
• Représenter la coordination du projet le cas échéant dans les cadres de concertations au niveau du territoire de Rufisque ou au niveau national.

Profil recherché

Le poste conviendrait à un(e) professionnelle(e) de formation dans des domaines tels que l’agronomie, l’agro-économie, la géographie, l’écologie ou encore l’économie rurale disposant d’une expérience d’au moins 3 ans dans les domaines de l’appui-conseil aux organisations paysannes et exploitations agricoles, appui aux collectivités territoriales, formation en milieu paysan, mise en œuvre de projets/programmes de développement agricole et de sécurité alimentaire au Sénégal, et plaidoyer.

Qualités recherchées

Les qualités recherchées aux candidat(e)s sont les suivantes :
• Connaissance du fonctionnement des organisations paysannes et des exploitations agricoles ;
• Bonne connaissance de techniques d’animation communautaires, du développement local et économique ;
• Bonne connaissance théorique et pratique de l’agroécologie ;
• Bonne connaissance du département de Rufisque et des organisations paysannes présentes sur le territoire ;
• Capacités rédactionnelles en français avérées ;
• Sens des priorités ;
• Sens de l’organisation et rigueur ;
• Grande autonomie dans le respect des tâches déléguées ;
• Bonne capacité à l’oral et à l’écrit ;
• Capacité de travail en équipe pluridisciplinaire et multiculturelle ;
• Sens de la communication multi-acteurs ;
• Maîtrise du Wolof.

Conditions du poste

• Poste basé à Dakar avec des déplacements régulièrement sur Rufisque ;
• Mobilité sous régionale en fonction des activités du projet (Mali et Mauritanie) ;
• CDD de droit sénégalais de 01 an renouvelable. Démarrage souhaité le plus tôt possible
• Mise à disposition d’une moto de terrain (être à l’aise avec les déplacements à moto) ;
• Rémunération brut mensuel : 562 362 F CFA

Des évolutions sont possibles à l’issue du contrat selon le bilan des parties et les ressources à disposition.

Pour postuler :

Envoyer un mail avec CV et lettre motivation à l’adresse suivante : dakar@grdr.org avec comme intitulé : poste chargé de mission agriculture et alimentation avant le 4 janvier 2020.


Actualités
"Mao & Kao - affaire de coronavirus" - Une minisérie pour sensibiliser !
Cette mini-série de 3 épisodes (en français et en bambara) a été produite par le Grdr t Tuwindi grâce aux financements de l’agence de coopération belge ENABEL. Elle a notamment diffusée sur la chaîne de télévision généraliste et panafricaine "Africâble" ainsi que sur (...)...
Importance socioéconomique des parcs agroforestiers à Elaeis guineensis Jacq. dans la région de Cacheu (Guinée-Bissau)
La Guinée-Bissau recèle d’importants parcs agroforestiers à Elaeis guineensis. Ces palmeraies sont très exploitées pour les nombreux biens, services et produits qu’elles procurent aux communautés locales de la région de Cacheu. (...)...
Une mallette à outils pour faire face à la crise sanitaire
Dernière mise à jour : 08 avril 2020 Informations Covid-19 : Les personnes immigrées qui vivent en foyers de travailleurs migrants (FTM) ou qui sont en situation d’isolement dans le logement diffus ou en résidences sociales sont particulièrement exposées par la (...)...

> voir toutes les actualités