Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Distribution alimentaire gratuite au Mali

Chaque année, en période de soudure, lorsque les récoltes de l’année précédente n’ont pas été suffisantes, l’Etat malien met à disposition des paysans les plus démunis une aide alimentaire grâce à son système d’alerte précoce. Cette année, certaines localités des cercles de Kayes et Kolokani étaient concernés et le Grdr s’est mobilisé pour assurer, aux côtés des autorités locales, l’identification des bénéficiaires, l’acheminement et la distribution à plus de 21 000 personnes.

Anticiper les risques d’insécurité alimentaire

La période qui précède les nouvelles récoltes, appelée période de soudure, est toujours un moment à risque pour les paysans du Sahel. En effet, si les stocks de l’année précédente sont insuffisants, les greniers se vident avant les nouvelles récoltes, mettant les familles face à de sérieux problèmes pour couvrir leurs besoins alimentaires. La situation peut-être variable selon les régions en fonction de la diversification des économies locales, des solidarités, de l’enclavement, et de plus en plus des incidents climatiques qui tendent à s’amplifier (inondations, sécheresse…) etc.

Pour y faire face, l’Etat malien a développé un Système d’Alerte Précoce, le SAP. Ce dernier collecte l’ensemble des données bioclimatiques et estime les tendances pour mieux identifier les zones à risques afin de pouvoir anticiper les crises alimentaires à l’échelle locale, en distribuant principalement des céréales aux personnes les plus vulnérables. Ces céréales sont fournies par le gouvernement à travers le Commissariat à la Sécurité Alimentaire (CSA). Celui-ci mobilise les acteurs impliqués dans les zones à risques, principalement les autorité locales et les ONG, pour identifier les ménages en situation de précarité, acheminer les stocks et distribuer directement les denrées aux personnes concernées. Chaque bénéficiaire a droit à 1 demi-ration alimentaire par mois pendant 3 mois, soit 9 kilos de céréales par mois et par personne.

Le Grdr mobilisé dans les Cercles de Kayes et Kolokani

Le Grdr a été sollicité par le CSA pour distribuer 340 tonnes de céréales dans 9 communes du cercle de Kayes et 231 tonnes dans 3 communes du cercle de Kolokani. Dans un 1er temps il s’agissait de contribuer à l’information des autorités décentralisées et de les sensibiliser, au niveau des Cercles (Départements) et des communes, sur les principes de l’aide et sur les outils et processus de ciblage des futurs bénéficiaires.

Les critères permettant d’identifier les personnes ayant droit à cette aide sont fixés très précisément en prenant en compte la vulnérabilité de la population et les catégories socio-économiques, tout en intégrant le contexte local, à l’échelle de chaque commune (Espace de culture agricole disponible ou non, familles avec jeunes enfants ou pas, veuves ou femmes seules, enfants chefs de ménage…). Ils sont établis par les Comités communaux pour la sécurité alimentaire mis en place dans le cadre du dispositif du CSA. Composés de maires, conseillers, chefs de villages, leaders religieux, représentants de la jeunesse, de l’administration etc. ils s’assurent également, aux côtés du Grdr, du bon déroulement des activités. Ce sont ces mêmes comités qui ont amendé, complété, validé la liste des ménages bénéficiaires proposée par le Grdr sur la base des critères préalablement établis. Dans les localités où ces organes ont des problèmes de fonctionnement, le Grdr a été habilité par le CSA à mettre en place des commissions de suivi-évaluation, notamment dans 3 communes du Cercle de Kolokani.

Plus de 21 000 personnes bénéficiaires dans les cercles de Kayes et Kolokani.

Une fois les personnes bénéficiaires identifiées, le Grdr a coordonné l’acheminement des denrées et la distribution, toujours sous la vigilance des comités communaux. Au final, au 1er septembre 2015, 12 565 personnes du Cercle de Kayes et 8554 du cercle de Kolokani ont pu bénéficier de cette aide alimentaire gratuite qui les aidera à tenir jusqu’aux prochaines récoltes. A l’échelle nationale, ce sont 1,5 millions de personnes qui se sont réparties plus de 25 000 tonnes de céréales. La grande majorité des bénéficiaires sont des personnes vivant dans les régions du nord du pays ou ayant étant déplacée par les conflits armés.

Pour le Grdr, au delà de la dimension de post-urgence, cette action aura permis de collecter des informations et des données qui permettrons sans aucun doute de mieux comprendre les déterminants de la sécurité alimentaire, particulièrement dans la région de Koulikoro ou notre intervention est récente. Avec nos partenaires locaux, notre objectifs à court terme est de proposer des appuis aux producteurs agricoles de ces localités afin qu’ils puissent anticiper et atténuer au mieux l’effet des incidents climatiques qui tendent à se multiplier.


Agenda du Grdr
23
mai
Forum "Femmes immigrées : quelles approches de l’interculturalité dans les soins et l’accompagnement social ?"
20
mai
Séminaire "Les inégalités sociales de santé : de quoi parle-t-on ? Comment intervenir ensemble ? Quelles limites ?"
18
mai
Ateliers de lancement du projet « SANITAMBA UE » au Sénégal
> voir tout l'agenda
Actualités
Soutenir les filières agricoles porteuses : la banane de Kayes (Mali)
Au vu de son rendement et de sa potentialité commerciale, la filière banane a été identifiée par le Conseil Régional de Kayes comme une filière porteuse pour le développement économique régional. Son développement offre au Grdr et au Réseau des Horticulteurs de Kayes (RHK), (...)...
Atelier "Valorisation des compétences professionnelles à travers le théâtre"
Le Grdr, en partenariat avec l’association A travers La Ville, a proposé le Jeudi 18 Mai dernier un Atelier théâtre intitulé « Mieux se connaître et évaluer ses compétences professionnelles ». L’objectif était d’outiller les jeunes en matière de recherche (...)...
“Le droit aux semences : un droit essentiel des paysan-ne-s !”
L’accès et le choix des semences, mais aussi la possibilité de les produire, conserver, utiliser, échanger et vendre sont donc des enjeux majeurs pour les paysan-ne-s. Pourtant, un nombre croissant d’agriculteurs et d’agricultrices est aujourd’hui (...)...

> voir toutes les actualités