Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
ETUDE : La dimension locale de la dialectique Migration - Développement : le cas France - Sénégal

Le 20 janvier dernier a eu lieu à Dakar la restitution de l’étude « La dimension locale de la dialectique migration et développement, le cas France-Sénégal ». Commandée par l’Agence Française du Développement (AFD) et réalisée par le Grdr et l’Institut fondamental d’Afrique Noire (Ifan), elle appréhende toutes les composantes des mobilités humaines. Elle s’intéresse tout autant aux flux d’émigration que d’immigration, qu’ils soient internes ou internationaux et pense la dialectique de manière englobante. Au final, cette étude sur les interactions entre « Migrations et Développement » dégage les pistes qui permettront d’intégrer la mobilité comme facteur de développement à l’échelle des territoires, qu’ils soient d’accueil, de transit ou/et de départ. Une « mallette à outils » est proposée, comme autant d’instruments d’expérimentation pour permettre aux acteurs des collectivités territoriales et aux migrants d’optimiser ensemble leurs pratiques. De nombreuses conclusions de cette recherche sur l’espace franco-sénégalais sont d’ailleurs des pistes de travail pour l’ensemble des territoires de la planète et des citoyens qui y vivent, confrontés à cette relation complexe qui existe entre les migrations et le développement local.

Une approche territoriale de la dialectique Migration-Développement qui reste à construire

En premier lieu, l’étude part du constat qu’il est désormais largement admis que la mobilité humaine offre des opportunités de développement durable. Sur le plan international, le Dialogue de Haut-Niveau sur les Migrations (sous l’égide de l’ONU) reconnait l’apport des migrations tant dans les « pays d’origine » que de « de transit et d’accueil ». Depuis 2005, l’Union Européenne a même intégré cette dimension dans son document cadre, « l’approche globale sur la migration », qui oriente les politiques migratoires des états européens.
Mais l’étude suggère que c’est bien à l’échelle territoriale infra-étatiques (du village au bassin versant, de ma commune à l’intercommunalité, du département çà la région) que la relation migration – développement s’exprime le mieux et qu’elle peut être appréhendée pour être le plus efficace. Les enquêtes révèlent également que cette dialectique migration-développement est encore largement inexploitée et inexplorée. Au Sénégal, pays à l’avant-garde sur cette problématique, les dispositifs existants, souvent le fruit de programmes nationaux, s’avèrent trop dispersés et souffrent à la fois d’’un manque d’ancrage local et d’un manque d’accompagnement pour être efficaces. D’autant qu’ils n’abordent la question de l’apport des mobilités humaines que partiellement, uniquement dans le sens de l’apport des émigrés « internationaux » en faveur de leur territoire d’origine, excluant totalement la question du point de vue des territoires d’accueil et toutes les autres dynamiques migratoires pourtant bien réelles

Produire les outils pour aborder la relation Migration-Développement dans toutes ces dimensions

L’un des axes essentiels de cette recherche est de mettre en avant la

nécessité de produire des données fiables sur les « plus et les moins-values » des mobilités dans les territoires concernés. Pour cela, elle propose de créer des espaces de concertation regroupant tous les acteurs impliqués, avec en ligne de mire les deux interrogations majeures de l’étude :

 Comment intégrer les mobilités comme facteur de développement territorial ?
 Comment optimiser l’apport des migrants dans la gouvernance et le développement économique local de leur territoire d’origine (et d’accueil) ?

Car cette dialectique migration - développement doit être abordée autant sous l’angle des territoires d’origine que des territoires d’accueil. C’est cette interaction entre ici et là-bas qui permet d’appréhender au mieux les migrations comme un puissant facteur d’ouverture et de véritable coopération.
A l’heure actuelle, le document part du constat que les perceptions des enjeux migratoires à l’échelle territoriale sont encore trop limitées. Les acteurs locaux interrogés comme les représentants des grandes institutions politiques et financières ont encore trop tendance à percevoir l’apport des migrations uniquement sous l’angle des montants des transferts financiers. L’étude propose de les l’aborder sous tous les aspects : transferts matériels (solidarités familiales, contributions sociales, investissements économiques) comme immatériels (apports culturels, innovations, partenariats, plaidoyer)).

C’est bien ce recentrage à l’échelle territoriale, proche du quotidien des habitants qui permettra de mieux percevoir les plus-values de la mobilité humaine et d’en atténuer les éventuels désavantages pour les stratégies de développement territoriale. Dans un monde en mutation, savoir appréhender ces mobilités est une manière de décloisonner les esprits, d’innover, d’apprendre à vivre ensemble, d’oxygéner les territoires en les ouvrants sur l’ailleurs. Une manière d’apporter quelques réponses à Koffi Annan, alors Secrétaire Général des Nations-Unis, qui disait en 2006 «  Nous commençons seulement à apprendre comment faire en sorte que les migrations facilitent plus systématiquement le développement. Chacun d’entre nous a entre les mains l’un des éléments de l’énigme que posent les migrations, mais aucun d’entre nous ne dispose de tous les éléments  ».


Documents à télécharger

La dimension locale de la dialectique Migration - Dveloppement - Le cas France -Sngal
Etude Migration-Dveloppement - le cas France-Sngal : rapport annexe.
Monographie de la Valle du Fleuve Sngal
Monographie de Dakar
"Les migrations subsahariennes, les ides reues" - Questions de dveloppement - AFD
Agenda du Grdr
22
juin
Assemblée générale annuelle du Grdr
29
mai
Foire Transfrontalière Guidimakha-Bakel pour la valorisation des produits agroécologiques
> voir tout l'agenda
Actualités
PLANTA, une plateforme pour centraliser les données sur la mangrove en Guinée-Bissau
Dans le cadre du programme PGFM (UICN_ PAPBio C1-Mangroves), le Grdr/collectif 5 deltas à soutenu une initiative mise en œuvre par Bosque y Communidade porté par la Plateforme Nationale des Paysages de Mangroves de Guinée Bissau (PLANTA) à travers l’élaboration d’une (...)...
Retour sur le festival Mangal en vidéo
Du 23 au 25 novembre 2023, le Festival Mangal, organisé dans le cadre du projet PAP-Bio de l’Union européenne "Gestion des forêts de mangroves du Sénégal au Bénin", a connu un vif succès. Cet événement a permis de sensibiliser le public à la préservation de la biodiversité (...)...
Appel à candidature pour consultance "Définition du cadre stratégique du Grdr"
Dans le cadre de la « définition collective de son futur cadre stratégique 2025-2029 », l’association Grdr Migration-Citoyenneté-Développement a obtenu un soutien du Fonds de renforcement institutionnel et organisationnel (FRIO, Coordination SUD-AFD) pour les OSC, et lance (...)...

> voir toutes les actualités