Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Pour l’émergence d’un dialogue politique concerté sur la sécurité alimentaire dans les territoires transfrontaliers du Mali, de la Mauritanie, du Sénégal, du Niger et du Burkina Faso (DIAPOCO)

Le projet DIAPOCO est un programme initié par le CCFD -Terre Solidaire en partenariat avec le Grdr qui est en charge de sa réalisation sur ses territoires d’action traditionnel du bassin du fleuve Sénégal (Gorgol et Guidimakha en Mauritanie, les régions de Matam et Tambacounda au Sénégal ainsi que la région de Kayes au Mali).

Il s’agit de proposer aux acteurs locaux une nouvelle approche en leur donnant les moyens de peser sur les politiques publiques, plus efficaces pour résoudre les problèmes de sécurité alimentaire que l’approche ponctuelle et locale par micro-projets.

Le programme vise à accompagner les acteurs de terrain (organisations paysannes, élus locaux...) afin qu’ils soient en mesure de construire leur propre expertise sur les politiques publiques locales adéquates qui mettront fin à l’insécurité alimentaire de ces régions éloignées des capitales.

Objectifs

- Renforcer les capacités des organisations paysannes, de leurs membres et des élus des collectivités locales afin de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire dans les zones transfrontalières et enclavées de 5 pays du CILSS (Mauritanie, Sénégal, Mali, Niger, Burkina Faso).
- Valoriser les dynamiques locales de production, de transformation et de commercialisation des ressources agropastorales afin de faire émerger une gouvernance inclusive des politiques publiques qui permettront de prévenir l’insécurité alimentaire dans les zones d’activité du programme.
- Accompagner les citoyens, leaders d’OP et élus locaux afin qu’ils construisent et développent des alliances stratégiques afin de porter des actions de plaidoyer pour la prise en compte de leurs enjeux territoriaux, de leurs droits et de leurs revendications

Activités

- Production et diffusion entre organisations paysannes, collectivités locales et faîtières de lois, d’études, chartes et connaissances sur les rendements des exploitations familiales.
- Analyse comparative des politiques de sécurité alimentaire au sein d’espaces multi-acteurs
- Encourager la construction d’un plaidoyer commun à travers la définition d’enjeux communs
- Renforcer les capacités et l’autonomie des membres d’organisations paysannes et des élus locaux
- Capitalisation des expériences menées par les organisations paysannes en matière de gouvernance territoriale, de production, de transformation et de commercialisation de produits agropastoraux
- Mise en œuvre d’expérimentations cherchant à améliorer la production, la transformation et la commercialisation des produits agropastoraux et la concertation /planification communale dans chacun des pays.
- Création d’alliances transnationales pour la prise en compte des droits des agropasteurs
- Diagnostic et amélioration des dispositifs de communication grand public déjà existants au niveau de chaque partenaire et de chaque territoire
- Formation thématique à l’échelle locale de 50 leaders sur les questions du plaidoyer
- Favoriser les échanges entre pairs et mettre en valeur les expériences transfrontalières
- Missions de plaidoyer conjointes entre organisations paysannes, élus locaux et faîtières de lois afin de mener d’interpeller les institutions et faire évoluer les politiques nationales et sous-régionales.

Localisation

Le DIAPOCO est mis en oeuvre dans 5 pays du Sahel (Mauritanie, Sénégal, Mali, Niger et Burkina Faso).
Le CCFD - Terre Solidaire étant chef de file du projet, le Grdr participera à sa mise en œuvre dans les régions de 3 de ces pays (Gorgol et Guidimakha en Mauritanie, Bakel et Matam au Sénégal, la région de Kayes au Mali) qui constituent son ancrage territorial traditionnel.

Résultats attendus

- Les organisations paysannes de base et les collectivités locales améliorent leurs connaissances sur les politiques publiques de sécurité alimentaire et sur la performance des exploitations familiales
- Les organisations paysannes renforcent leurs capacités de dialogue avec les pouvoirs publics en développant des projets et des alliances transfrontalières
- Des citoyens, des leaders d’organisations paysannes, des élus locaux construisent et développent des alliances stratégiques permettant de porter un plaidoyer sur la prise en compte de leurs enjeux territoriaux, de leurs droits et de leurs revendications

Bénéficiaires

Les bénéficiaires directs à l’échelle globale du projet sont au nombre de 55 850, membres des 298 organisations paysannes, leurs familles et les élus locaux des 45 collectivités locales rurales ciblées.
Les bénéficiaires indirects du projet sont les habitants des communes rurales situées dans la zone d’émission de médias locaux partenaires. Plus d’un million d’habitants au niveau des 4 zones transfrontalières sont concernés/

Bénéficiaires dans les zones de mise en oeuvre du Grdr :

Dans la région de Kayes (Mali)
- 40 organisations paysannes (OP) de base membres de la fédération associations féminines / actions céréalières
- 28 OP de base de Supunu Kafô et coopératives d’approvisionnement
- 26 OP de la coordination des associations féminines transformatrices des produits agroalimentaires
- 10 OP de base du réseau des horticulteurs de Kayes (RHK)
- 10 association et organisations professionnelles paysannes (AOPP) de Kayes ;
- 12 OP de l’Union régional des Coopératives Agricoles de Kayes (URCAK) ;
- 9 communes du Cercle de Kayes et 2 communes du Cercle de Yélimané, soit une population totale de 293 914 habitants.
- Le Conseil régional de Kayes (CRK)

Au Sénégal, régions de Tambacounda et Matam :
- 9 cadres de concertation locale des organisations producteurs (CLCOP) des communautés rurales de Ballou, Bélé, Moudéry, Sinthiou Fissa, Gabou, Orkadjéré, Bokiladji et Aouré et des communes de Bakel, Diawara et Demancané
- 2 Cadres régionaux de concertation des ruraux (CRCR Matam/ Tambacounda).
- 8 communautés rurales de Ballou, Bélé, Moudéry, Sinthiou Fissa, Gabou, Orkadjéré, Bokiladji et Aouré et 3 communes (Bakel, Diawara et Démancané). Soit une population de 216 991 habitants.
- Les conseils régionaux de Matam et de Tambacounda

Les régions du Gorgol et du Guidimakha en Mauritanie :
- Fédération Eleveurs du Gorgol (FEG).
- Collectif des Unions de Coopératives du Guidimakha (CUCG).
- Cadre de concertation de la filière patate douce au Gorgol.
- Association des Usagers du Walo (AUW).
- 15 communes transfrontalières de la Mauritanie (avec le Mali et le Sénégal).
- Association des Maires et Parlementaires du Gorgol (AMPG)
- Association des Maires au Guidimakha (AMaiG).

Sont également bénéficiaires les réseaux nationaux et sous-régionaux des organisations paysannes : Moribeen, CNCR, FONGS, AOPP ROPPA, CNOP, COPAGEN, Bellital Maroobe, Plateforme paysanne, observatoires sous régionaux, etc.


Ce programme est financé par :


Agenda du Grdr
23
mai
Forum "Femmes immigrées : quelles approches de l’interculturalité dans les soins et l’accompagnement social ?"
20
mai
Séminaire "Les inégalités sociales de santé : de quoi parle-t-on ? Comment intervenir ensemble ? Quelles limites ?"
18
mai
Ateliers de lancement du projet « SANITAMBA UE » au Sénégal
> voir tout l'agenda
Actualités
Soutenir les filières agricoles porteuses : la banane de Kayes (Mali)
Au vu de son rendement et de sa potentialité commerciale, la filière banane a été identifiée par le Conseil Régional de Kayes comme une filière porteuse pour le développement économique régional. Son développement offre au Grdr et au Réseau des Horticulteurs de Kayes (RHK), (...)...
Atelier "Valorisation des compétences professionnelles à travers le théâtre"
Le Grdr, en partenariat avec l’association A travers La Ville, a proposé le Jeudi 18 Mai dernier un Atelier théâtre intitulé « Mieux se connaître et évaluer ses compétences professionnelles ». L’objectif était d’outiller les jeunes en matière de recherche (...)...
“Le droit aux semences : un droit essentiel des paysan-ne-s !”
L’accès et le choix des semences, mais aussi la possibilité de les produire, conserver, utiliser, échanger et vendre sont donc des enjeux majeurs pour les paysan-ne-s. Pourtant, un nombre croissant d’agriculteurs et d’agricultrices est aujourd’hui (...)...

> voir toutes les actualités