Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Programme Gouvernance Citoyenne des Territoires dans le Bassin du Fleuve Sénégal (GCT-BFS)

Localisation du Programme

Le programme sera mis en œuvre dans les 5 régions de 3 pays frontaliers au fleuve Sénégal à tous les niveaux des échelons décentralisés :

-  En Mauritanie : la commune de Kaédi, l’espace Karakoro, la commune de Foum Gleita, la commune de Sélibaby et la commune Baidiam
-  Au Mali : l’intercommunalité de Benkadi, les territoires de Kéniéba, les intercommunalités de la région de Kayes SYCOTEN, ACGK et CPCD
-  Au Sénégal : la commune de Dembakané, Groupe d’Intérêts Communautaire du Bosséa, Département de Bakel, Reserve Naturel Communautaire de Boundou.
-  En France : les Régions d’Île-de-France, du Centre et du Nord Pas-de-Calais

Contexte

La zone d’action correspond à l’espace historique d’intervention du Grdr depuis 45 ans. Elle comprend 5 régions réparties sur 3 pays (Mauritanie, Mali, Sénégal). Dans ces régions, des proportions importantes de la population vivent en dessous du seuil de pauvreté : 78% au Guidimakha (Mauritanie), 75% au Gorgol (Mauritanie), 62% à Kayes (Mali) 60% pour Tambacounda (Sénégal), 45% pour Matam (Sénégal). Pourtant, cette zone, répartie sur 3 pays, représente un ensemble homogène au regard de ses principales caractéristiques : climat, structure de l’économie, population et groupes ethniques, modes de vie, poids des mobilités dans les économies et les structures familiales&. Et les moins de 25 ans représentent plus de la moitié de la population de chacun de ces territoires liés par le fleuve Sénégal qui les traverse.

Le programme Gouvernance Citoyenne des Territoires de la Moyenne Vallée du fleuve Sénégal est un programme prévu pour une durée de 3 ans (2015-2017). Porté par le Grdr, il se propose d’agir en faveur du développement local, de la coopération décentralisée et du développement économique. En y intégrant systématiquement la question de la participation des femmes aux différentes instances de concertation, ainsi que les questions de l’environnement et de la gestion durable des ressources naturelles.

Ce programme s’inscrit dans la suite logique du programme multi-pays d’Appui aux Initiatives de Développement Local des Collectivités Territoriales (PAIDEL-CT) mis en oeuvre entre 2010 et 2014. Il vise à accompagner les élus locaux face au défi du développement économique et de la participation citoyenne (y compris des personnes migrantes), en tenant compte des processus de décentralisation à l’oeuvre dans les pays ciblés.

Fondamentalement, le programme Gouvernance Citoyenne des Territoires, en s’appuyant sur les collectivités décentralisées, souhaite contribuer au renforcement de la résilience des 3 Etats concernés et à la promotion d’une culture de paix par-delà les frontières et les limites administratives.

Les Objectifs du Programme

- Accompagner les déclinaisons territoriales des politiques de décentralisation dans les 3 pays. Renforcer les acteurs locaux (élus, société civile…) dans leur capacité de dialogue avec les pouvoirs publics nationaux et sous régionaux
- Améliorer les conditions de vie des populations par la mise en oeuvre de stratégies territoriales de développement économique ciblant notamment les initiatives des femmes et des jeunes
- Renforcer la mobilisation citoyenne autour des enjeux territoriaux de développement
- Inscrire durablement les territoires du bassin du fleuve Sénégal dans des espaces de partenariats et de coopérations Nord-Sud et Sud-Sud

Les enjeux

Les actions menées tout au long de ce programme permettront d’accompagner 21 collectivités locales, à travers des expérimentations adaptées à des problématiques qui leurs sont propres. Ces expérimentations consistent en diverses activités centrées autour de 3 enjeux principaux :

-  Enjeu 1 - La gouvernance locale partagée : renforcement du contrôle citoyen de l’action publique, mise en place de formations au budget participatif, mise en place de stratégies intercommunales, appui au plaidoyer sur le désenclavement, prise en compte de la jeunesse, stratégies urbaines…

-  Enjeu 2 - Le développement économique local : Mise en place de dispositifs d’appui à l’entrepreneuriat local, renforcement de stratégies de transformation et de commercialisation, mise en place de dispositifs d’appui aux initiatives économiques des jeunes, appui à la planification du développement économique local, mise en place de fond vert…
-  Enjeu 3 – Les dynamiques transfrontalières (intégration régionale, cohésion sociale et gestion des conflits locaux) : Mutualisation des approches de part et d’autres de la frontière, gestion des ressources naturelles et organisation de foires transfrontalières.

Les résultats en 2016

o En matière de gouvernance locale
-  Les diagnostics institutionnels et organisationnels des intercommunalités du Benkadi et du Diombougou sont en cours de finalisation
-  Les élus des communes de Baediam et Kaédi en Mauritanie ont été sensibilisés aux questions liées au contrôle citoyen. Des leaders associatifs ont été identifiés et mobilisés et des conseillers communaux de la jeunesse ont été mis en place
-  A Dembancané au Sénégal, 18 jeunes filles fortement impliquées dans la vie locale ont reçu une formation pour les inciter à participer aux instances de décisions locales
-  Des actions de renforcement des capacités des migrants dans leurs projets de développement ont été menées en Ile-de-France : 4 formations ont réunis 193 personnes et 4 animations thématiques ont regroupé 105 participants. 8 participations à des colloques ont permis de partager les expériences sur l’accompagnement des initiatives de la diaspora.

o En matière de développement économique local
-  Un cadre de concertation multi-acteurs a été mis en place autour de la filière banane à Kéniaba (ces activités sont complémentaires à celles du programme d’appui à la filière banane de Kénébia)
-  Des producteurs de patates douces ont reçu des formations pour une meilleure structuration de la filière dans le Gorgol et le Guidimakha (ces activités sont complémentaires à celles du Programme d’appui à l’entreprenariat dans le secteur de l’agriculture et de l’alimentation dans le Gorgol et le Guidimakha)
-  Un diagnostic sur l’entrepreneuriat dans le Bosséa a été élaboré. 40 projets individuels portés par des femmes ont été financés. 2 Groupements d’Intérêt Economique (GIE) de jeunes diplômés et 9 microentreprises rurales portées par des femmes ont bénéficié d’une formation sur l’entrepreneuriat
-  40 femmes ont bénéficié de sessions de formation sur les techniques de transformation de la patate douce. 4 microentreprises rurales dans le domaine de la transformation du pain de singe, du jujube et de la patate douce (à Kidira et dans le Boundou) ont bénéficié de renforcement de capacité en matière de gestion et transformation. 2 unités de transformation de la patate douce ont été installées et un processus de structuration des acteurs pour la gestion de l’unité de transformation amorcé.
-  Un premier diagnostic des initiatives économiques portées et soutenues par les migrants de retour et sur les dispositifs d’accompagnement existants dans le cercle de Kayes a été réalisé et a permis de recenser 57 projets économiques.

o Dynamiques transfrontalières
-  Le réseau des Maires des Communes Riveraines du Fleuve Sénégal a été officiellement créé en mai 2016. Toutes les instances de pilotage du Réseau ont été mises en place.

Les Bénéficiaires du Programme

Les bénéficiaires directs de cette action sont l’ensemble des collectivités locales (intercommunalités, régions, départements (cercles), communes des territoires ciblés par ce programme.
-  Autorités locales des régions bénéficiaires et agences institutionnelles d’appui à la décentralisation et au développement local (Agences régionales de Développement)
-  Acteurs et partenaires des 14 territoires pilotes (intercommunalités, coopérations décentralisées, associations de migrants, société civile…)
-  Organisations socio-professionnelles et acteurs économiques

Les bénéficiaires indirects du projet sont l’ensemble des citoyens vivant sur ces territoires.

Les Partenaires institutionnels

-  Le Conseil Régional de Kayes au Mali
-  Les Agences Régionales de Développement de la région de Matam et de Bakel (ex-Tambacounda) et la section de Sociologie de l’Université Gaston Berger au Sénégal
-  Association des Maires et Parlementaires du Gorgol (AMPG) et l’Association des Maires du Guidimaka (AMaiG) en Mauritanie


Ce programme est financé par :


Agenda du Grdr
25
septembre
Ateliers coaching professionel pour les jeunes de 16-25 de Seine Saint Denis
> voir tout l'agenda
Actualités
Objectifs de développement durable et migrations : ensemble engageons-nous pour un monde solidaire et durable
Les personnes migrantes sont fortement investies dans le développement durable de leurs territoires de vie et de départ. Bien que méconnu, leur apport dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD), le cadre mondial de développement fixé par (...)...
La société civile demande l’organisation d’une conférence nationale sur les migrations
Le 15 juin dernier, plus de 450 organisations de la société civile interpellaient le Président de la République, Monsieur Macron, pour lui demander d’adopter un changement radical de la politique migratoire de la France. Le 12 juillet suivant, le gouvernement a présenté à (...)...
Aide publique au développement : l’annonce présidentielle doit se traduire dans les faits
Communiqué de presse de Coordination Sud : Paris, le mardi 25 juillet 2017 Le président de la République s’est engagé à augmenter la part du Revenu National Brut consacrée à l’aide publique au développement pour atteindre 0,55% d’ici à 2022. Coordination SUD (...)...

> voir toutes les actualités