Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Gestion Locale des Migrations (GLM)

La Tunisie connaît une longue histoire d’émigration depuis les années 1970. Aujourd’hui, elle est à la fois un pays d’origine, de destination et, de manière plus limitée, de transit des migrants. Néanmoins, plusieurs problèmes se posent pour le pays.

Depuis plusieurs années, le taux d’émigration ne cesse d’augmenter. Pour cause, la pression sur le marché de l’emploi et le taux élevé du chômage, notamment parmi les diplômés de l’enseignement supérieur, posant la question de l’employabilité des jeunes.

Aussi, la Tunisie vit une situation de « fracture territoriale » qui résulte d’inégalités de développement entre les régions côtières et celles de l’intérieur (écarts socio-économiques, inégalités d’accès aux services de base et qualité de ces services), qui n’ont cessé de s’amplifier depuis près de 50 ans.

Au niveau des territoires, les acteurs publics et privés n’envisagent que rarement la gestion des migrations comme un enjeu stratégique. Une meilleure intégration de la dimension migratoire dans les stratégies des acteurs locaux est ainsi primordiale.

Enfin, la communauté tunisienne à l’étranger (Tunisiens Résidents à l’Etranger – TRE) représente plus d’un dixième de la population Tunisienne. De ce fait, il est important pour la Tunisie de maintenir un lien fort avec les TRE, notamment de deuxième et troisième génération, pour qu’ils participent à la transition démocratique et au développement économique du pays. La valorisation des apports des diasporas dans le développement territorial est un élément clé pour le pays.

Le projet GLM, qu’est-ce que c’est ?

Financé par l’AFD, le projet "Gestion Locale des Migrations" vise l’insertion socio-économique des jeunes et l’intégration des migrations dans les stratégies de développement territorial dans des territoires ciblés au sein de trois gouvernorats tunisiens : Médenine (ville de Béni Khedache), Jendouba (ville de Ain Draham) , Kasserine (ville de Sbeitla) .

Les objectifs

L’objectif globale de l’action est de contribuer au développement de mécanismes efficaces pour aborder la problématique de la migration au niveau local à travers des initiatives d’intégration économique et sociale dans les régions affectées par la migration.

Cinq objectifs plus spécifiques sont mis en oeuvre, à savoir :

  • L’amélioration de la connaissance des acteurs locaux de la situation migratoire de leur territoire
  • Le renforcement de la prise en compte des enjeux migratoires dans les stratégies de développement local
  • Le renforcement des écosystèmes locaux d’appui à l’insertion socio-économique
  • Le soutien des initiatives locales renforçant l’insertion des populations vulnérables et/ou le lien 
du territoire à sa diaspora
  • La possibilité de faire bénéficier d’autres territoires tunisiens des expériences et des outils du projet

Les activités

Afin d’atteindre ces objectifs, les activités sont réparties en 5 résultats :

  • Résultat 1 : Les profils migratoires territoriaux sont élaborés et partagés dans des cadres de concertation locaux

Les activités du Résultat 1 visent à améliorer la connaissance des acteurs locaux de la situation migratoire de leur territoire. Elles seront ainsi destinées à l’ensemble des acteurs locaux indispensables à l’animation d’un dialogue territorial autour des questions migratoires : institutions publiques du gouvernorat, communes (ou délégations), société civile, secteur privé, représentants de la diaspora, représentants de la population y compris immigrés, migrants de retour et jeunes susceptibles de migrer.

  • Résultat 2 : Les autorités locales intègrent les migrations comme facteur clef des plans locaux de développement

Les activités du Résultat 2 visent à renforcer la prise en compte des enjeux migratoires dans les stratégies de développement local, en adoptant une approche globale qui embrasse à la fois l’impact positif (comment maximiser la plus-value apportée par les migrations ?) et négatif (comment minimiser la moins-value ?) de la migration sur le développement.

  • Résultat 3 : Des services d’appui à l’insertion socio-professionnelle des jeunes (femmes et hommes) sont développés

Les activités du Résultat 3 visent l’un des principaux déterminants de l’émigration chez les jeunes tunisiens : l’insertion socio-professionnelle. Elles consistent à renforcer l’écosystème local d’appui à l’insertion socio-professionnelle, en :
- accompagnant les professionnels locaux,
- développant le système de mentorat d’entrepreneurs,
- facilitant la promotion des projets portés par les jeunes auprès de la diaspora.

  • Résultat 4 : Des projets favorisant l’engagement des populations et de la diaspora dans la vie de leurs territoires sont soutenus

Les activités du Résultat 4 ciblent le renforcement de la résilience communautaire. Il s’agit du soutien financier et technique à des initiatives pour l’insertion des populations vulnérables et/ou le lien du territoire à sa diaspora. Il s’agit d’impacter la situation sociale, culturelle et citoyenne des territoires, de renforcer l’engagement des populations vulnérables, de créer du lien social et de faciliter l’émergence de projets en lien avec les migrant(e)s.

  • Résultat 5 : Les initiatives pilotées sont capitalisées et diffusées afin de faciliter leur déploiement

L’axe 5 vise la capitalisation et la diffusion des résultats, outils et méthodologies du projet. Il connectera au projet les acteurs institutionnels en charge de la stratégie nationale, et les autres acteurs du domaine « Migrations et développement » intervenant en Tunisie. Ce résultat cible l’ensemble des acteurs concernés par la thématique Migration au niveau local et national.

Les principaux partenaires

  • L’AFD qui est le délégataire des fonds, particulièrement en charge du dialogue institutionnel et qui participera aux travaux de capitalisation et communication du projet.
  • Le Grdr, qui est le premier responsable de la mise en œuvre des activités relatives à l’intégration des questions migratoires aux stratégies de développement
  • Mercy Corps, le premier responsable de la mise en œuvre des activités relatives au renforcement de l’insertion socio-économique des jeunes. Mercy Corps est également le gestionnaire financier principal de ce projet. 


Les trois partenaires sont collectivement responsables de la mise en oeuvre des activités de capitalisation

Financé par


Agenda du Grdr
28
septembre
Pratiques culinaires informelles - retours d’expériences de formalisation
21
septembre
Atelier de présentation du profil migratoire de Ain Draham
18
septembre
Atelier de présentation du profil migratoire de Béni Khédache
> voir tout l'agenda
Actualités
Témoignages de femmes d’ici et d’ailleurs
Des femmes immigrées, participantes des ateliers d’échanges en français du Grdr sur la métropole lilloise, racontent dans ce montage audio leur arrivée en France. Elles y expriment les difficultés et les obstacles rencontrés dans ce nouveau pays et reviennent sur ce (...)...
Documentaire "Les cantines scolaires de la région de Dakar"
Le documentaire "Les cantines scolaires de la région de Dakar" produit par le Grdr dans le cadre du programme « Systèmes alimentaires durables et lutte contre la malnutrition à Dakar » et réalisé par Dominique Guelette du studio « DKR Studios » sera diffusé ce soir sur Canal (...)...
Projet DEFI : Démarche pour l’Engagement des Femmes immigrées
"DEFI : Démarche pour l’Engagement des Femmes Immigrées" est un projet développé avec le soutien de la Mairie de Grigny, la Fondation Paris Habitat et la Fondation RAJA, destiné aux femmes en situation de très grande précarité qui développent des activités informelles (...)...

> voir toutes les actualités