Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Hommage à Jacques Dubois

Jacques DUBOIS nous a quitté le 1er juin 2014

Jacques est né le 18 septembre 1920 à Magnac sur Touvre, près d’Angoulême en Charente, dans une famille de papetiers. Son épouse Thérèse est décédée le 26 février 1979. Ils avaient adopté deux enfants, Véronique et Emmanuel, qui vivent actuellement près de Limoges, à Ambazac. Jacques était ingénieur agronome, spécialisé dans le développement rural tropical après être passé par l’école de Bambey au Sénégal.

Il se consacre aux villages les plus reculés de la région de Bakel. Il met toute son énergie à associer les villageois à tous les projets qui les concernent, en lien avec les associations que les migrants ont constitué en France. C’est ainsi qu’il participe à la création du GRDR puis du GRED pour construire des petits barrages collinaires notamment dans la vallée de la Falémé.

Le conseil d’administration en avait fait le 15 mars dernier le premier membre d’honneur de l’association, titre prévu par nos nouveaux statuts.

Voici les témoignages de ceux qui, à Bakel, ont travaillé avec lui.

Baganda SAKHO C’est un des plus grand militants du développement de l’Afrique en général et du département de Bakel en particulier. Mais je dirai que Jacques le Bakelois a bien rempli sa mission sur terre et je lui souhaite un bon repos éternel. Le GRDR a perdu le dernier de ses membres fondateurs.

Assane DIONE qui fut plus que son fils spirituel ’C’est avec une très grande tristesse que nous Africains et surtout de Bakel, avons appris hier le décès de celui qu’on a appelé le développement.

Kader TANDIA à Bakel ’C’est avec une très grande émotion que je viens d’apprendre le décès de Mr Jacques DUBOIS. Nous en sommes très profondément touchés. Je le savais très croyant. Que le Seigneur l’accueille dans son paradis.’

Jean-Jacques Boutrou
En avril 1976, Jacques Dubois, alors directeur du GRDR, m’embauchait en tant que chargé de mission de formation de travailleurs migrants dans les foyers en France et de l’accompagnement technique d’initiatives de développement rural dans leurs villages d’origine situés dans la vallée du fleuve Sénégal. Jacques m’a fait confiance. Durant deux années et demie nous avons partagé l’action du GRDR et le premier petit bureau du GRDR à Puteaux puis celui plus vaste de la rue Saint Dominique. Jacques m’a fait découvrir un univers que j’ignorai : ici, en région parisienne, les foyers de travailleurs migrants ; là-bas, des villages dépendants des transferts d’argent des migrants pour réaliser des actions et financer des investissements. Jacques était un batailleur infatigable. Son combat auquel il m’a associé étroitement portait sur la promotion d’un développement local valorisant les hommes, leurs compétences, leurs savoirs faire, les technologies appropriées à une utilisation des ressources naturelles (les fameux barrages filtrants, les systèmes d’exhaure l’eau, …), de judicieux investissements réalisés avec les apports de caisses villageoises constituées par les migrants (ex pompes flottantes sur le fleuve, périmètres irrigués villageois, etc.). Cette stratégie d’action constituait à l’époque une alternative à celle assez centralisée et planificatrice de l’Etat et en particulier de la SAED. Jacques a aussi agi fortement pour une reconnaissance de l’association GRDR et l’accès à des moyens nécessaires à son action en France et dans les pays d’origine des migrants ; il a mobilisé le conseil d’administration, son réseau d’amis et des représentants de migrants soninkés afin de porter le projet de l’association, alors présidée par Monsieur Vérillaud puis par Bernard Millet et plus tard par Paul Schrumpf, et convaincre des institutions et bailleurs (FAS et Ministère de la Coopération) de la pertinence de lui fournir les financements dont le GRDR avait besoin.
Son combat, il le portait à tous les niveaux afin de convaincre ministres et hauts fonctionnaires du Sénégal et du Mali, responsables villageois, financeurs... Le Grdr d’aujourd’hui est héritier de son combat.


Agenda du Grdr
22
juin
Assemblée générale annuelle du Grdr
15
mai
Forum des Ecosystemes du littoral - vers des territoires du littoral ouest africain dynamiques et resilients aux chocs sociopolitico climatiques
14
mai
Forum Normandie - L’accès des séniors immigrés aux dispositifs de droit commun en Seine-Maritime : Enjeux et Perspectives
> voir tout l'agenda
Actualités
Retour sur le festival Mangal en vidéo
Du 23 au 25 novembre 2023, le Festival Mangal, organisé dans le cadre du projet PAP-Bio de l’Union européenne "Gestion des forêts de mangroves du Sénégal au Bénin", a connu un vif succès. Cet événement a permis de sensibiliser le public à la préservation de la biodiversité (...)...
Appel à candidature pour consultance "Définition du cadre stratégique du Grdr"
Dans le cadre de la « définition collective de son futur cadre stratégique 2025-2029 », l’association Grdr Migration-Citoyenneté-Développement a obtenu un soutien du Fonds de renforcement institutionnel et organisationnel (FRIO, Coordination SUD-AFD) pour les OSC, et lance (...)...
Portrait de territoire - Bakel, ville frontière
Située stratégiquement le long du fleuve Sénégal, Bakel a été un acteur clé du commerce colonial, traitant la gomme, le mil et l’or. Aujourd’hui, avec ses vastes plaines inondables, elle se profile comme le grenier de la région de Tambacounda malgré les défis liés à la (...)...

> voir toutes les actualités