Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Lutter contre l’insécurité alimentaire dans les territoires transfrontaliers du Sahel

Les pays du Sahel sont régulièrement victimes de crises alimentaires, parfois sévères. Ce fut le cas par exemple en 2010 et en 2012. L’ampleur et la fréquence de ces crises font que la sécurité alimentaire d’un de ces pays ne peut pas être assurée uniquement dans les limites de ses frontières. La circulation des produits agricoles, les transhumances et les mobilités humaines permettent d’équilibrer les stocks de produits entre les zones de productions et celles qui sont déficitaires.

Les régions frontalières sont de véritables carrefours pour ces échanges. Elles jouent un rôle essentiel pour assurer la résilience de toute la zone sahélienne, en particulier grâce aux exploitations familiales, qui représentent 80% de la production agricole de ces zones. Malgré cela, le commerce transfrontalier de fait l’objet de restrictions, voir même d’interdictions, pendant les périodes de crises. Des décisions politiques qui ont eu pour conséquences de prolonger les délais d’acheminement des produits alimentaires vers les populations des zones déficitaires.

Généraliser les pratiques agro écologiques innovantes pour renforcer les capacités des exploitations agricoles des régions transfrontalières au Sahel

Les exploitations agricoles familiales de ces régions frontalières ont un rôle stratégique pour la résilience alimentaire des pays du Sahel. De plus, en période de chocs, ces régions transfrontalières telles que le bassin du fleuve Sénégal (Mali, la Mauritanie et Sénégal) ou celles qui relient le Burkina Faso et le Niger sont susceptibles d’être menacées par la volatilité des prix agricoles et les changements climatiques. C’est la raison pour laquelle, grâce au soutien du CCFD-Terre Solidaire, le Grdr et les Afriques Vertes (au Niger, Mali et Burkina Faso) ont mis en place des activités pour améliorer et sécuriser les capacités de production des exploitations familiales locales. Ainsi, les membres de 298 organisations paysannes, choisis en fonction de leurs capacités à être novateurs, ont partagé les savoir-faire et les pratiques agro-écologiques efficaces pour les répliquer sur différents territoires, en fonction des enjeux locaux. Un livret regroupant l’ensemble de la capitalisation est disponible en cliquant sur ce lien.

Analyser les politiques publiques des différents Etats du Sahel pour faciliter le dialogue à l’échelle locale et à l’échelle transfrontalière

45 collectivités locales de ces régions frontalières ont été impliquées dans ces activités, dans la mesure où elles pourraient jouer un rôle plus important pour la sécurité alimentaire des populations de leurs territoires. Un travail d’analyse des politiques publiques nationales des 5 états concernés et des politiques sous régionales (accessible en suivant ce lien) a permis de faciliter le dialogue entre élus et producteurs agricoles à l’échelle locale mais aussi par delà les frontières nationales. Il a également permis de renforcer le plaidoyer citoyen à l’échelle locale et internationale. D’autant que ces régions partagent souvent des cadres institutionnels communs tels que la CEDEAO (à l’exception de la Mauritanie) ou le Cadre Stratégique de Sécurité Alimentaire Durable (CSSA) du Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse au Sahel (CILSS).

La voix des paysans

Pour en savoir plus, le documentaire "La voix des paysans" été réalisé par Andrey Diarra et produit par le Grdr. Il donne la parole aux principaux acteurs de la souveraineté alimentaire dans les régions transfrontalières du Sahel.
Un véritable plaidoyer pour défendre les agricultures familiales.


Documents à télécharger

Les politiques publiques en matière de sécurité alimentaire dans les pays du Sahel
Initiatives paysannes et souveraineté alimentaire dans le Sahel
Agenda du Grdr
20
octobre
Thé palabre "Objectifs de développement durable & pacte mondial des migrations : quelle place pour les diasporas dans ces enjeux internationaux"
> voir tout l'agenda
Actualités
Le coup de pouce aux organisations de la solidarité internationale issues de la migration
Le coup de pouce OSIM, c’est quoi ? Le coup de pouce OSIM est un appel à projets qui apporte un co-financement de 2 500 euros pour réaliser des projets de sensibilisation (ou ECSI) par des associations issues des diasporas (OSIM). Ces projets doivent mettre en avant les (...)...
Aide au développement : une hausse bienvenue mais l’effort doit être mieux réparti sur le quinquennat
Communiqué de Coordination Sud Paris, le mardi 25 septembre 2018 – Les chiffres du projet de loi de finances ont été publiés : le gouvernement prévoit une augmentation de 400 millions d’euros de la ligne aide publique au développement en 2019. Coordination SUD (...)...
Rapport d’Hervé Berville sur la modernisation de la politique partenariale de développement et de solidarité internationale
Le 28 août, le député M. Hervé Berville a remis au Président de la République, son rapport sur la modernisation de la politique partenariale d’aide au développement et de solidarité internationale. Au-delà des constats classiques (manque de coordination de l’APD (...)...

> voir toutes les actualités