Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Union Africaine : position africaine commune sur les objectifs millénaires du développement post-2015

Le 3 juin dernier à Addis-Abeba, en Ethiopie, l’Union Africaine (UA) a présenté ce qui sera la Position Commune Africaine (PCA) des pays membres lors de la négociation des nouveaux Objectifs Mondiaux pour le Développement (OMD).

Le document, issu d’un long parcours de négociations régionales et sous-régionales, énumère les 6 grands piliers qui devraient permettre à l’Afrique de rattraper son retard en matière de développement. On remarquera cependant l’absence totale des questions relatives à la migration, dans un continent pourtant fortement marqué par ce type de phénomène, dans le sens des départs comme des arrivées (Selon le département des affaires économiques et sociales des Nations-Unies, les migrations entre pays du sud sont très largement supérieures aux migrations vers le nord en provenance du sud).

Les clés du développement en Afrique : la croissance inclusive, le développement humain, l’innovation, la gestion durable des ressources naturelles et la paix

Les cinq premiers piliers sont autant d’orientations politiques majeures que les Etats du continent s’engagent à mettre en œuvre sur le chemin du développement. Le 1er pilier concerne la transformation économique et structurelle en faveur d’une croissance inclusive. L’objectif est de réduire les inégalités à travers une agriculture viable, la diversification de l’industrialisation, la valorisation des produits, et le développement des infrastructures et du secteur tertiaire dans les zones rurales et urbaines. Le 2nd pilier met l’accent sur la science, la technologie et l’innovation alors que le 3ème pilier appelle à axer le développement sur l’être humain. Eradiquer la pauvreté, intégrer pleinement les femmes et les jeunes, s’adapter à la nouvelle structure démographique de l’Afrique… autant d’enjeux à venir, au même titre que l’accès à la santé et à l’éducation, la gestion des déchets et l’assainissement.

La gestion des ressources naturelles constitue le 4ème point de cette démarche. Les préoccupations liées à la désertification, la dégradation des sols, la perte de biodiversité, l’érosion côtière etc. sont des freins majeurs à l’émergence durable et solide de l’Afrique. Tout comme les questions relatives à la paix et à la sécurité, qui constitueraient le 5ème pilier d’une Afrique sur le chemin du développement.

Une condition : permettre aux Etats africains d’accéder au marché mondial

Si ces cinq premiers axes sont autant de politiques à mettre en œuvre prioritairement par les gouvernements et les institutions africaines elles-mêmes, le 6ème point de ce document, quant à lui, met la communauté internationale face à ces obligations. « L’Afrique ne tire pas parti des biens communs mondiaux, notamment du commerce, des finances et du changement climatique  ». Raison pour laquelle ce 6ème pilier est axé sur la question des financements et des partenariats, sans lesquels toute politique de développement est vouée à l’échec. Le document appelle donc à un système financier mondial stable au service du développement et met en avant la nécessité de privilégier des flux financiers basés sur l’investissement plutôt que sur des aides. Les membres de l’UA rappellent néanmoins leur besoin d’être soutenus par la communauté internationale et appellent les pays développés à tenir leurs engagements de consacrer 0,7% de leur Revenu National Brut à l’aide au développement.

Enfin, en matière de stratégie partenariale, il s’agit de privilégier des «  systèmes commerciaux multilatéraux justes et inclusifs  ». Surtout « le programme de développement pour l’après 2015 devra rapidement traiter un ensemble de questions importantes, notamment les subventions nuisant aux échanges ». Une attaque à peine déguisée à l’encontre de la politique agricole commune de l’UE (entre autre), dont les subventions sont perçues comme une concurrence déloyale qui porte atteinte à la compétitivité de l’agriculture africaine.

Enfin, les états africains réclament une simplification des règles d’adhésion à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) « Nous insistons pour que les pays en voie d’adhésion ne soient pas invités à prendre des engagements incompatibles avec leur niveau de développement  »… comme ce serait le cas à l’heure actuelle.


Documents à télécharger

Position Commune de l’Afrique (PCA) sur les programmes de dveloppement pour l’aprs 2015
Agenda du Grdr
1er
juillet
L’Assemblée Générale du Grdr
7
juin
Form’actions ODDysée
29
mai
Save the date - Assemblée plénière "Graine de Citoyenneté" Mauritanie
> voir tout l'agenda
Actualités
Appel d’offre pour l’élaboration et le suivi-évaluation d’une stratégie de réduction des impacts lors du festival Mangal
Dans le cadre du programme PAPBio - projet "Gestion des forêts de mangroves du Sénégal au Bénin", le Grdr lance un appel à candidature pour le recrutement d’un consultant externe pour l’élaboration, la mise en oeuvre et le suivi-évaluation d’une stratégie de réducction des (...)...
Appel d’offre - Mission de consultance : organisation Hackathon Mangal
Le Grdr recherche un(e) consultant(e) pour : 1) Accompagner l’équipe du festival dans la préparation de l’évènement Hackathon 2) Accompagner l’équipe pour l’animation de l’évènement 3) Accompagner l’équipe pour la capitalisation Pour postuler : Les candidat(e)s (...)...
Retour sur la journée du 6 octobre 2022
L’Agence française de développement et le groupe de concertation sur l’Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité Internationale (ECSI) ont organisé le jeudi 6 octobre 2022 à la Bibliothèque François Mitterand (Paris, 13ème) une journée d’échanges intitulée : « Relever (...)...

> voir toutes les actualités