Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Journée internationale de la femme : le Grdr, acteur de la parité.

Officialisée par les Nations Unies en 1977, le 8 mars, journée internationale de la femme, trouve ses origines dans les luttes des ouvrières et suffragettes du début du XXe siècle. Voyant leurs droits ignorés, les femmes s’insurgent alors pour de meilleures conditions de travail, pour avoir le droit de voter et pour être considérées comme des citoyennes à part entière. Devenue une journée de manifestations à travers le monde, la journée internationale des femmes est aujourd’hui encore d’une actualité brulante. Avec pour thème pour en 2014 : ’L’égalité pour les femmes, c’est le progrès pour tous et toutes’, le 8 mars doit nous rappeler que l’égalité des sexes reste essentielle au développement social et économique de toute société.

Le principe d’égalité entre les hommes et les femmes constitue l’une des valeurs fondamentales du Grdr. L’association s’engage à travers de nombreux programmes, dans la lutte contre toutes les discriminations qu’elles doivent subir, que ce soit dans le cas des femmes immigrées en France, ou pour leur accès aux instances locales de gouvernance en Afrique de l’Ouest, plus particulièrement au Mali, en Mauritanie et au Sénégal. Sensibiliser, former et mobiliser l’ensemble des acteurs concernés, améliorer leur connaissance sur la situation des femmes d’« ici et là-bas », et faire évoluer positivement leurs conditions, sont un défi majeur en faveur duquel s’engagent quotidiennement les équipes du Grdr.

D’ailleurs, afin de valoriser les initiatives (associatives, entrepreneuriales et professionnelles) portées par les femmes migrantes ici et là-bas, le Grdr, l’association AFAS, la Cité des métiers et les membres du Club Entreprendre au Féminin ont organisé une rencontre « spéciale journée internationale de la femme », le samedi 8 mars 2014, avec pour thème : ’Les leviers de l’insertion socioprofessionnelle des femmes migrantes’.

Les femmes immigrées : un public méconnu et vulnérable

En France, les femmes immigrées, étrangères ou françaises issues de l’immigration, primo-arrivantes ou installées en France depuis plusieurs années, sont confrontées à de nombreux obstacles qui affectent leur plein accès aux droits fondamentaux. Ces femmes subissent en effet une double discrimination en raison de leur sexe d’une part, et de leur origine réelle ou supposée d’autre part. Au Grdr, notre objectif au quotidien est de leur redonner toute la place qui est la leur dans l’espace public, et de promouvoir ainsi leur participation à la vie de la Cité.

Notre travail consiste en grande partie à leur apporter une meilleure connaissance des dispositifs d’accès aux droits et de les sortir de l’isolement dans lequel elles se trouvent de plus en plus souvent. Avec en filigrane une ligne de conduite que l’on retrouve dans toutes nos actions, qui est de construire une citoyenneté active, qui passe, pour les femmes immigrées, par l’estime de soi et la libération de la parole.

Défendre l’accès aux droits des femmes migrantes

Les antennes du Grdr en France, à Paris, à Lille et à Rouen travaillent évaluer la connaissance qu’ont les femmes migrantes des dispositifs qui leur sont destinés. Elles les aident à avoir accès aux droits sociaux et sanitaires qui sont les leurs. L’antenne Ile de France propose ainsi des permanences d’accueils, deux fois par semaine, afin d’orienter les femmes dans leurs démarches administratives et de santé. Le Café des Ages, tous les derniers mercredi du mois, est une rencontre conviviale qui offre également la possibilité de s’informer en présence d’acteurs du champ médico-social. L’antenne du Grdr Nord-Pas-de-Calais a pris la relève à travers un partenariat avec l’Espace Santé du Faubourg de Béthune. Là encore il s’agit de défendre l’accès aux droits socio-sanitaires et de promouvoir l’insertion sociale des femmes immigrés en s’appuyant sur les dynamiques locales des quartiers. Des ateliers hebdomadaires sont organisés, ainsi que des activités de sensibilisation auprès des professionnels. Enfin des forums d’échanges ont régulièrement lieu sur les bonnes pratiques et les expériences novatrices en matière d’accès aux droits et de la lutte contre les discriminations dont sont victimes les femmes immigrées.

Agir en faveur de l’entreprenariat au féminin

Le constat est que de nombreuses femmes migrantes sont confrontées à des difficultés d’inclusion non seulement sociale mais aussi professionnelle. Elles doivent faire face à des problématiques particulières liées à leur genre, à leur statut d’immigrée et subissent des déqualifications qui les confinent dans des secteurs d’emplois qui ne sont pas à la hauteur de leurs compétences.

Pour lutter contre ce problème, l’antenne Ile-de-France, en partenariat avec l’association Actions des Femmes Africaines Solidaires et la Cité des Métiers de la villette, a mis en œuvre depuis septembre 2012 le Club Entreprendre au féminin (tous les 4ème samedis du mois). Ce club s’adresse à des femmes migrantes ayant un projet associatif, économique ou professionnel. En plein cœur de la région parisienne, cet espace de dialogue permet de nourrir la réflexion autour de leurs projets respectifs, et de trouver les moyens pour y faire face.

Les femmes en Afrique et l’apprentissage de la citoyenneté

En Afrique de l’Ouest, la décentralisation, en cours depuis les années 2000, permet de promouvoir la gouvernance locale et une meilleure implication des citoyens dans le processus décisionnel. Cependant l’apprentissage de la démocratie ne se fait pas sans difficulté, les femmes et les jeunes étant souvent considérés comme des citoyens de seconde zone, exclus des cercles de décision. En région de Kayes (Mali) par exemple, zone d’intervention traditionnelle du Grdr, les femmes représentent 51% de la population mais seulement 7% des effectifs décisionnels dans les conseils communaux. Dans le Guidimakha, région du sud de la Mauritanie, une seule femme a été élue maire sur les 18 communes que compte la circonscription. Il s’agit de Hadjaratou Bâ, nouvelle maire de Gouraye, et par ailleurs membre du Conseil d’Orientation et de Suivi (COS) du Grdr dans le Guidimakha.
D’une manière générale, nous constatons un faible engagement des femmes (plus particulièrement des femmes rurales) dans l’action politique locale. Parfois dû à un manque de volontarisme des collectivités territoriales, les organisations féminines souffrent d’un déficit de visibilité et de structuration qui leur est préjudiciable dès lors qu’il s’agit d’action politique.

Ce constat d’une insuffisance est la raison pour laquelle le Grdr s’engage pour lutter contre la féminisation de la pauvreté en Afrique de l’Ouest. A travers de nombreuses actions telles le projet de « promotion de la représentation et de la participation des femmes rurales à la prise de décision locale », organisé depuis juin 2011 en partenariat avec l’Association professionnelle des femmes rurales de Kayes (ASPROFER), le Grdr participe à la construction d’un plaidoyer actif visant à promouvoir leur citoyenneté, y compris dans des régions enclavées et rurales, éloignées des capitales. Ainsi, et malgré l’inertie des sociétés traditionnelles, plusieurs communes et intercommunalités de la région ont fini par signer et adopter une charte en faveur de la participation des femmes à la prise de décision et à la gouvernance locale.

C’est aussi pour permettre à chacun de s’approprier ce discours et le rendre accessible à tous, que le Grdr vient de publier un guide «  d’implication des femmes rurales aux prises de décisions locales  ». Un guide porteur d’un message de raison et d’espoir qui contribuera certainement à améliorer durablement la condition des femmes au Sahel.


Documents à télécharger

Guide - Pratiques russies en matire d’implication des femmes rurales aux prises de dcisions locales
Agenda du Grdr
4
juillet
Démocratie et participation des usagers dans les politiques sociales
1er
juillet
L’Assemblée Générale du Grdr
7
juin
Form’actions ODDysée
> voir tout l'agenda
Actualités
Notre réponse à la violence aveugle, la solidarité fondée sur les droits humains
Le Grdr adresse ses plus sincères condoléances à toutes les victimes des horribles attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre. Toutes nos pensées également à tous ceux qui ont vécu ces moments particulièrement pénibles. Par ailleurs le Grdr s’associe pleinement au (...)...
Sommet de la Valette : lettre ouverte au Président de la République française
A la veille du sommet international qui se tiendra à La Vallette (Malte) les 11 et 12 novembre pour examiner les questions relatives aux migrations avec les pays africains et d’autres pays concernés au premier plan, 44 organisations, dont le Grdr, interpellent le Président (...)...
’Le climat rebat les cartes’, une production vidéo en faveur du développement durable
Dans le cadre du programme ICI DD, le Grdr a participé à la conception d’une vidéo d’éducation au développement qui s’appelle ’L’alimentation d’Abdou - le climat rebat les cartes’. Ce petit film d’une durée de 2 minutes fait partie d’une webserie en plusieurs langues (...)...

> voir toutes les actualités