Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Portrait : Bashir Ahdar

Le parcours de Bashir illustre les nombreuses difficultés auxquelles sont confrontés les réfugiés et demandeurs d’asile à leur arrivée en France. A seulement 20 ans, ne connaissant ni la langue, ni le pays, il a dû faire face à un système administratif complexe et dématérialisé, sans guichet d’accueil, sans connaitre le fonctionnement administratif du pays.

De l’Afghanistan à la France : une rude transition

Bashir naît et grandit en Afghanistan jusqu’à l’âge de 10 ans. En raison du danger qu’encourt sa famille, il quitte son pays avec son père et ses frères pour rejoindre la Suède, où son père obtient l’asile. Il poursuit alors sa scolarité en Suède dans la ville d’Örebro jusqu’au lycée. A 20 ans, il fait part à son père de son envie de quitter la Suède. Sous ses conseils, il finit par rejoindre la France avec son petit frère de 13 ans.

Bashir arrive à Paris en janvier 2020, où il est déposé par un taxi à la Porte de la Chapelle : « Quand je suis arrivé avec mon petit frère c’était très difficile, je ne connaissais personne et je ne comprenais pas le français », explique-t-il. Il se souvient de son arrivée comme d’une expérience « très stressante » et « difficile ». Tandis que son frère intègre une famille d’accueil, Bashir est orienté vers un Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (HUDA) [1] à Bussy-Saint-Georges, où il séjourne encore.

La solitude face aux démarches administratives complexes

A son arrivée, Bashir entreprend des démarches pour obtenir le statut de réfugié. Avec la barrière de la langue, le processus est compliqué. Il ne comprend pas les différentes démarches à suivre et peine à se faire comprendre. Il obtient finalement un premier rendez-vous à l’Office français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII) où il reçoit son récépissé pour effectuer sa demande d’asile. Sans comprendre « pourquoi aller à tel endroit pour donner un papier, le récupérer puis avoir un autre rendez-vous », il effectue plusieurs allers-retours entre l’OFII et l’OFPA (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Quelques mois après son arrivée en France, il obtient enfin le statut de réfugié, grâce à l’aide apportée par des travailleurs sociaux et associatifs.

Le numérique : nouvel obstacle à l’accès aux droits et à l’emploi

La dématérialisation représente l’un des obstacles les plus importants auxquels a été confronté Bashir. “Ce qui est difficile c’est que tout se passe par internet. Il y a beaucoup d’applications et moi je ne sais pas trop me servir d’un ordinateur. En plus, quand j’y arrive, je ne comprends pas grand-chose”. Pour bénéficier d’aides de la CAF, effectuer des démarches auprès de l’assurance maladie ou sur pôle emploi, il pointe les incohérences du tout numérique : “Il faut d’abord remplir sur l’ordinateur ou le téléphone pour qu’un conseiller m’aide à trouver un travail sur l’ordinateur”.

Grâce à son assistance sociale, Bashir a la chance d’intégrer la mission de service civique COOP’R d’Unis-Cité 77, qui réunit à la fois des francophones et des réfugiés. Grâce à ce service civique, il a pu bénéficier de divers ateliers animés par Unis-Cité ou le Grdr. Il a appris à parler français et à utiliser les outils numériques et de “comprendre ce qu’est la CAF, Doctolib, comment écrire un email”. “Il faut que ça continue et qu’il y en ait plus car c’est très bien”. Aujourd’hui, plus autonome, il se sent davantage à l’aise face au fonctionnement des services publics.

Depuis, Bashir a pu intégrer le dispositif de “Garantie Jeune [2] ; et ainsi bénéficier d’un accompagnement dans sa recherche d’emploi.


[1Hébergement d’urgence des demandeurs d’asile

[2La garantie jeunes permet d’accompagner les jeunes entre 16 et 25 ans en situation de grande précarité vers l’emploi ou la formation.


Agenda du Grdr
1er
février
Kaédi, entre urbanité et ruralité : Comment inventer la ville de demain ?
21
janvier
REPORTE AU 11.02 : Forum de clôture du projet Gestion Locale des Migrations : Regards croisés entre migration et développement local
20
janvier
REPORTE AU 10.02 : Projection du documentaire "La diaspora, l’autre visage de la Tunisie"
> voir tout l'agenda
Actualités
Retour sur la Journée Internationale des Migrants
Le 18 décembre 2021, dans le cadre de la Journée Internationale des Migrants, le Grdr a eu le plaisir d’intervenir au Musée national de l’histoire de l’immigration, aux côtés de Via le monde, pour présenter l’exposition « La Seine Saint Denis dans le monde, le monde en Seine Saint (...)...
Atelier de présentation du profil migratoire de Sbeïtla
Le mardi 30 novembre, le Grdr organise un atelier en ligne de présentation du profil migratoire de Sbeïtla dans le cadre du programme « Gestion Locale des Migrations » (GLM). L’atelier se déroulera de 9h à 13h à l’hôtel Byzacène à Sbeïtla. Objectifs : L’objectif principal de (...)...
Appel d’offre pour l’actualisation du planPlan d’Aménagement et de Gestion du Parc Naturel des ’Tarrafes’ (Guinée-Bissau)
Dans le cadre du renforcement des acteurs de la gestion des aires protégées prévu dans le projet de Gestion des forêts de mangroves du Sénégal au Bénin financé par l’Union européenne, l’Istituto de Biodiversidade e das Areas protigidas (IBAP) a bénéficié d’un appui financier du Grdr (...)...

> voir toutes les actualités