Grdr Migration-Citoyennete-Developpement
Les migrations, une ressource durable pour des territoires solidaires
Bouton menu
Entretien : Mr. Prospere Edery

Dans le cadre du projet « E-migrés : des séniors connectés », le Grdr a animé des stages numériques destinés aux seniors immigrés. Les participants y apprennent à se servir d’un ordinateur pour accéder aux services publics et ainsi bénéficier de leurs droits sociaux et sanitaires.

Mr. Prospere Edery est né en 1955 à Casablanca. En 1990, il quitte le Maroc et rejoint la France dans l’espoir de trouver du travail. Installé dans le 18 ème arrondissement de Paris, il trouve un poste dans l’hôtellerie et la restauration. Malheureusement, il perd son travail en 2013 et se fait expulser de son logement pour impayés. Suite à une demande de logement social, il accepte de s’installer dans le foyer de travailleurs migrants à Champigny. C’est dans ce foyer que Mr.Edery participe au stage numérique « niveau faux débutant » : il nous partage son expérience.

Pourquoi participez-vous à ces stages ?

Déjà parce que je sais très peu me servir d’un ordinateur. D’ailleurs, je n’en n’ai pas chez moi. Mais je voulais voir toutes les possibilités qu’offraient un ordinateur, et surtout apprendre à faire des recherches sur Internet. En plus, aujourd’hui on ne peut plus faire grand-chose si on ne sait pas s’en servir. Il y a beaucoup de choses avec l’administration par exemple qui deviennent compliqués, alors que dès qu’on sait se servir d’un ordinateur, c’est tout de suite plus simple. Même si à mon âge ce n’est pas facile d’apprendre, c’est important d’essayer.

Aujourd’hui, toutes les démarches administratives (santé, retraite, RSA, etc.) passent bien souvent par des portails sur Internet. Est-ce que vous vous en sortez ou avez-vous besoin d’aide ?

C’est très compliqué pour moi. Lorsque je suis sur mon smartphone, j’arrive à me débrouiller. Le problème c’est que le smartphone ne fait pas tout.

Pour les services publics, il faut forcément un ordinateur, sinon on ne s’en sort pas. Parfois, je souhaite prendre rendez-vous avec la CAF mais je ne peux pas, car il faut passer par l’ordinateur. Étant donné que je n’en ai pas et que je ne sais pas m’en servir, je me tourne régulièrement vers la médiatrice sociale de la résidence pour demander de l’aide. C’est elle qui me prend mes rendez-vous pour la CAF, qui m’aide pour mes démarches, etc. Ce n’est quand même pas très pratique.

Si je savais me servir d’un ordinateur, je n’aurais plus besoin de demander de l’aide aux autres.

Qu’attendiez-vous de ce stage ?

J’ai toujours voulu faire un stage pour apprendre à me servir de ces machines. Je voulais apprendre à manipuler l’ordinateur, voir ce qu’il était possible de faire avec. J’étais surtout curieux de voir comment ça marche. Je voyais ma fille travailler sur l’ordinateur et ça me donnait envie. Le problème c’est qu’elle va trop vite pour moi, donc je n’arrive pas à suivre. J’avais besoin qu’on m’explique les bases pour comprendre. Pour les jeunes ça a l’air tellement simple qu’ils ne comprennent pas qu’on ne comprenne pas. Et ils n’ont pas toujours le temps ni la patience de nous apprendre.

Qu’avez-vous appris durant ce stage ?

Beaucoup de choses ! j’ai appris à me servir du clavier, à manipuler la souris, à éteindre et allumer un ordinateur, à utiliser le clic droit et clic gauche, mais aussi à envoyer des mails et me rendre sur les sites internet des services publics. Ca a l’air simple mais moi je ne savais même pas faire tout ça. Avant on en avait pas besoin donc je n’ai jamais appris. Mais maintenant c’est devenu tellement indispensable…

Si je m’inscris à un autre stage l’année prochaine, j’aurais une bonne base !

Est-ce que vous vous sentez désormais plus autonome face à un ordinateur ?

Je me sens un petit peu plus autonome à présent. Le stage m’a permis de comprendre que je suis capable d’apprendre et de comprendre comment cela fonctionne. Avant je me sentais complètement dépassé. Ça m’avait l’air insurmontable, et là je me suis rendu compte que ce n’est pas très sorcier. Au départ on ne retient pas tout, on commet des fautes, mais petit à petit on se corrige et on comprend. A présent je n’ai plus peur de faire des erreurs.

C’est comme avec mon smartphone. Au début je ne comprenais pas, mais au fur et à mesure j’ai appris à l’utiliser et je suis devenu plus à l’aise avec.

Est-ce que ça vous donne envie de continuer à apprendre sur l’ordinateur ?

Oui bien sûr. Maintenant que j’ai appris les bases, j’aimerais être à l’aise pour ranger mes fichiers, écrire un mail, me rendre sur internet, etc. J’ai envie d’apprendre plus, de comprendre comment fonctionne un ordinateur dans sa globalité. Que ça prenne 6 mois ou 1 an ce n’est pas grave, car je suis motivé.

Si j’avais un ordinateur chez moi, je me casserai la tête tout seul pour apprendre jusqu’à ce que je comprenne !

Avez-vous apprécié le format du stage en petit groupe ?

C’était bien d’être en petit groupe, ça nous a permis d’être mieux accompagné. On se sent un petit peu moins seul face à notre ignorance, ça aide à prendre confiance. Et puis l’ambiance était agréable et bienveillante, il y avait de l’entraide entre nous et j’étais content de pouvoir aider les autres quand je le pouvais. J’en étais même fier ! Si quelqu’un ne trouvait pas une touche, moi je pouvais l’aider, et inversement. D’ailleurs il y a un participant qui avait pas mal de difficultés, j’aimerais bien continuer à l’aider. J’aimerais faire profiter les autres de ce que j’ai appris.

Aider son prochain, c’est toujours bien.

Ca m’a aussi permis d’apprendre à connaitre des gens que je ne faisais que croiser à la résidence. Vous savez moi je suis à la retraite et il n’y a pas grand-chose à faire ici. Donc le stage c’était bien pour ça aussi. Ca faisait une activité et ça a permis de créer des liens.

Est-ce que vous recommanderiez ce stage à un proche ?

Et comment ! Votre sourire, votre gentillesse, votre patience, c’était vraiment agréable de faire ce stage. Si je devais donner une note, ce serait un 10/10 !

C’est très difficile de trouver des stages gratuits. J’ai cherché plusieurs fois, mais on m’a toujours proposé des stages inaccessibles en termes de prix. Des associations peuvent nous aider à les financer, mais ça prend trop de temps. Il y a les médiathèques aussi avec des ordinateurs en accès libre, mais c’est différent, on n’y est pas accompagné.


Agenda du Grdr
21
janvier
REPORTE AU 11.02 : Forum de clôture du projet Gestion Locale des Migrations : Regards croisés entre migration et développement local
20
janvier
REPORTE AU 10.02 : Projection du documentaire "La diaspora, l’autre visage de la Tunisie"
> voir tout l'agenda
Actualités
Retour sur la Journée Internationale des Migrants
Le 18 décembre 2021, dans le cadre de la Journée Internationale des Migrants, le Grdr a eu le plaisir d’intervenir au Musée national de l’histoire de l’immigration, aux côtés de Via le monde, pour présenter l’exposition « La Seine Saint Denis dans le monde, le monde en Seine Saint (...)...
Atelier de présentation du profil migratoire de Sbeïtla
Le mardi 30 novembre, le Grdr organise un atelier en ligne de présentation du profil migratoire de Sbeïtla dans le cadre du programme « Gestion Locale des Migrations » (GLM). L’atelier se déroulera de 9h à 13h à l’hôtel Byzacène à Sbeïtla. Objectifs : L’objectif principal de (...)...
Appel d’offre pour l’actualisation du planPlan d’Aménagement et de Gestion du Parc Naturel des ’Tarrafes’ (Guinée-Bissau)
Dans le cadre du renforcement des acteurs de la gestion des aires protégées prévu dans le projet de Gestion des forêts de mangroves du Sénégal au Bénin financé par l’Union européenne, l’Istituto de Biodiversidade e das Areas protigidas (IBAP) a bénéficié d’un appui financier du Grdr (...)...

> voir toutes les actualités